Je dédie ce livre à la mémoire de mon père Raymond, le roi du monde. Une mémoire future qui perce tous les mystères de l'existence, car celle de mon père est universelle et intemporelle.
Il est né un jour d'octobre dans les années 30. Il a vécu la seconde guerre mondiale et la guerre libanaise mais il a surtout survécu à ses guerres à lui. Son histoire ne s'arrête pas là. Elle se confond avec l'Histoire de l'Humanité.
Il y a des hommes de passage…et il y a mon père.
Tous les grands hommes s'en vont. Mon père est parti un matin d'Avril, en silence, doucement, sans faire du bruit, sans se lamenter, laissant derrière lui un plein d'actions et de réactions, de tendresse et d'amour, de générosité et de bonté.
Je me demandais en écrivant ce livre qui pourrait bien s'intéresser à mon histoire, à mon père… Mais n'est-ce pas qu'on a tous un père qu'on aime ou qu'on appréhende ? Un père qu'on recherche ou qu'on a déjà retrouvé? Un père qu'on a déjà perdu ou qu'on va perdre un jour ?


( click to read it )

 


 


Aux Editions de la Revue Phenicienne

« La poésie, c’est la vie en mots, l’amour en trop et la mort en vue…ce recueil, c’est dix-huit ans de ma vie qui s’étendent de l’adolescente révoltée que j’étais, à la femme passionnée que je suis devenue.
Je dédie ce livre à ceux qui sauront le lire les yeux fermés… », nous révèle Karen Boustany.

Dès son plus jeune âge, Karen tenait sa plume comme une petite fille tient sa poupée de porcelaine, comme un bijou cher à son cœur, comme une arme secrète. A l’adolescence, ce n’est déjà plus une enfant qui écrit des poèmes mais une femme qui dévoile une vie et des émotions qu’elle n’a pas encore vécues, une prémonition mystérieuse qui jaillit fermement sous sa plume : elle y dépeint tour à tour l’amour et la haine, la rupture et l’alliance, la naissance et la mort. Au-delà de la faute est un hymne à la femme, un cri d’amour imprégné à la fois de maturité et de pureté :

Je veux t'apprendre par corps et par âme
être à toi, un piano, une cigarette, une femme
Te faire lire des poèmes cinglants
Te faire naître des enfants.

Karen Boustany, dont le cœur en état d’urgence a su trouver le refuge idéal à ses maux, nous invite à une poésie franche, libre et authentique. Sa sensibilité à fleur de peau nous l’aimons dès les premiers vers, on y découvre une femme belle, vive et pétillante qui affiche une philosophie qui nous ressemble… Plongée dans ses réflexions, silencieuse tout au long de ces dix-huit années, elle retrouvait en composant des vers, l’espoir vivant plus que jamais en elle.
Et si la poésie nous invitait à vivre plus intensément dans le monde qui nous entoure ? Dans la singularité du poète, se dessine une part de nous, précieuse, secrète, un souffle rare capable de métamorphoser l’être solitaire et souffrant qui veille en nous.

« Je dédie ce livre à mon père Raymond, symbole de la Noblesse et du Savoir
A mon fils Raphael, le chef d'oeuvre de mon sang,
A la Femme, source de Vie... »


( click to read it )


( click to read it )

 

  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace
  • Signature at Linda Sursok PalaceSignature at Linda Sursok Palace


  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura
  • Signature at St Joseph School AintouraSignature at St Joseph School Aintoura


Entre rêve et réalité… 18 ans de réflexion
Pourriture - Avril 1988
Histoires d’amour - 17 Mai 1988
Prière à l’homme - 2 Juin 1988
Le marin - 12 Juillet 1988
Ma guerre - 17 Août 1988
Entre la réalité et le rêve - 8 Novembre 1988
La chaîne… - Limassol 24 Mai 1989
Désordre - Limassol 24 Mai 1989
Le secret - Limassol 24 Mai 1989
Miroir - Limassol 24 Mai 1989
Comme une enfant - Limassol 24 Mai 1989
Chant de rossignol - Limassol 24 Mai 1989
Le solitaire - Limassol 24 Mai 1989
Lomé 17 Octobre 1989
Humains - 4 Avril 1992
Trois ans d’amour - 31 Octobre 1995
L’infidélité - 06 Novembre 1995
Merci - 20 Février 1997
Peut-être - 2 Mai 1997
Mal - 01 October 1999
Je vis… - 24 Mai 2004
Première Communion - 5 Mai 2007